Quelle est la différence entre la traduction et l’interprétation?

Le traducteur travaille à l’écrit et l’interprète, à l’oral. Nous offrons seulement des services de traduction et de révision de documents écrits.

Quelle est la différence entre un traducteur et un traducteur agréé?

Le titre de traducteur n’est pas réservé; quiconque offre des services de traduction peut se dire traducteur. Cependant, un traducteur agréé (trad. a.) de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) reçoit ce titre s’il satisfait aux critères d’agrément de l’Ordre à la suite d’un examen de dossier. Les critères comprennent notamment la formation universitaire, l’expérience professionnelle et le mentorat. Seuls les membres en règle de l’OTTIAQ peuvent porter le titre de traducteur agréé : il s’agit d’un titre réservé.

Quels sont les avantages de travailler avec un traducteur agréé?

Contrairement aux objectifs des associations professionnelles, qui sont de protéger leurs membres, le mandat de l’OTTIAQ, comme celui des 45 ordres professionnels du Québec, est la protection du public. Les traducteurs agréés doivent respecter un code d’éthique, ainsi que des lois et règlements en matière de pratique professionnelle, notamment le règlement sur la responsabilité professionnelle, dont le premier article est :

« Tout membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec qui exerce sa profession à temps plein, à temps partiel ou de façon occasionnelle doit adhérer au régime collectif d’assurance responsabilité professionnelle conclu par l’Ordre établissant une garantie contre la responsabilité qu’il peut encourir en raison des fautes ou négligences commises dans l’exercice de sa profession. »

Très peu de traducteurs non agréés sont couverts par une assurance de responsabilité professionnelle.

La traduction automatique est-elle fiable?

Nous reproduisons ici la mise en garde de l’OTTIAQ :

« Même si les logiciels de traduction automatique actuellement accessibles au grand public peuvent sembler intéressants, par exemple pour permettre au lecteur de se faire une idée générale du contenu d’un document rédigé dans une langue qui lui est étrangère, le texte final produit par de tels logiciels ne peut en aucun cas être assimilé à une véritable traduction et doit par conséquent être revu par un traducteur professionnel.

Comme le reconnaissent les concepteurs de logiciels de traduction automatique eux-mêmes, nous sommes encore loin du jour où ces outils pourront produire une traduction de qualité comparable à celle des traductions produites par les êtres humains.

Dans le cadre de son mandat de protection du public, l’OTTIAQ vous recommande donc la plus grande prudence et vous invite à faire affaire avec un traducteur agréé pour tous vos besoins de traduction. »

Reproduit avec la permission de l’OTTAQ.


Quels sont vos tarifs?

Les services de traduction sont généralement facturés au mot, à un tarif qui varie selon la nature du texte, du format de fichier et du délai de traitement. La traduction de textes très courts, la révision linguistique et l’adaptation publicitaire sont facturées à un tarif horaire. La traduction de sous-titres est facturée à la minute ou au nombre de sous-titres, selon la nature du document audiovisuel.

Quels sont les modes de paiement acceptés?

Nous acceptons les paiements par chèques ou par virements bancaires. Nous préférons que les clients étrangers (hors Canada) règlent par chèque en devises canadiennes ou américaines, selon les termes fixés par un bon de commande.